DÉVELOPPEMENT DURABLE

QU'EST-CE QUE LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ?

Les objectifs de durabilité peuvent prendre différentes formes. Cela signifie principalement que l’on utilise le moins de ressources possible pour son entreprise. La durabilité consiste à faire le bilan de tous les processus écologiquement pertinents qui touchent le produit ou le service de la chaîne de création de valeur.

Un petit exemple : connaissez-vous les voitures en aluminium de MatchBox® de votre enfance ? Ils étaient quasiment “incassables” et les générations suivantes y jouent encore aujourd’hui. Est-ce durable ? Oui ! Certes, l’aluminium n’est pas en soi le matériau le plus sain ou le plus écologique, mais cette longue durée d’utilisation contribue largement à la durabilité. Autre exemple : un producteur de jus d’orange a une nouvelle stratégie de marketing, fait de la publicité pour la durabilité et ses nouveaux objectifs de durabilité. Sur cette base, vous achetez deux fois plus de jus d’orange en bouteille plastique que vous ne le feriez autrement. Le chiffre d’affaires du fabricant a certes explosé, mais l’aspect de la durabilité n’a pas été respecté. Cela s’explique notamment par le fait que le nombre de bouteilles en plastique nécessaires et d’autres ressources nécessaires à la production, comme l’électricité et le gaz, explosent. Que peut-on faire ici en matière de durabilité ? Eh bien : il serait plus durable, plus écologique et aussi plus savoureux de presser soi-même son jus d’orange.

QUE SIGNIFIE LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ?

La durabilité consiste à se demander de manière critique si un produit ou un service, ou encore sa mise en œuvre et sa production, peut encore se justifier à l’heure actuelle.

Beaucoup d’entre nous exercent un travail pour gagner le maximum possible. En échange d’une rémunération, nous donnons de notre temps et de nos connaissances. Seule une petite partie d’entre nous occupe un emploi afin de créer une valeur ajoutée pour le monde et les générations futures. De nombreux travailleurs sont employés par les plus grandes entreprises du monde. Parmi eux, des géants de l’industrie comme Bayer, Coca Cola, VW, Samsung et autres. Cela permet de soutenir ces entreprises établies de longue date et de faire en sorte qu’elles puissent continuer à prospérer. Dans un premier temps, ce n’est pas grave et c’est tout à fait légitime. Cependant, la plupart de ces grands groupes ont un point commun : ils savent comment gagner de l’argent, et ce de manière durable. Un mot-clé qui convient bien à cet endroit est “point de rupture”. Il est désormais bien connu qu’après une certaine durée de vie de l’appareil, des pièces se cassent ou cessent de fonctionner, obligeant le consommateur à acheter quelque chose de neuf – ce qui n’est pas un développement durable. Alternativement, le lobby ou le groupe d’intérêt concerné, doté de beaucoup d’argent des entreprises, veille à convaincre les consommateurs qu’un certain produit ou service est toujours le meilleur et qu’il ne faut pas passer à des alternatives. Il existe de nombreux exemples à l’appui de cette thèse. Entre autres, Monsanto, l’industrie laitière ou l’industrie des pesticides de la lutte antiparasitaire. Il existe de nombreuses études qui prouvent que la meilleure façon d’éloigner les souris, par exemple dans les supermarchés, est de les piéger et de les rendre étanches. Une solution très efficace, durable et écologique. Ces mesures entraînent des coûts uniques un peu plus élevés et ne sont souvent pas mises en œuvre, car à l’inverse et après cette simple résolution de problème, il n’est plus possible de générer un chiffre d’affaires mensuel – ce qui n’est pas un développement très durable.

UN EXEMPLE : LA DURABILITÉ ÉCOLOGIQUE

Vous avez une souris au supermarché et elle se reproduit. Chaque semaine, du poison est répandu, beaucoup aide finalement beaucoup et il est ainsi toujours possible de gagner de l’argent. Pourtant, les souris préfèrent manger des chips ou du chocolat et ne consomment guère les appâts posés. Le désinsectiseur poursuit cette stratégie et indique que des souris sont parfois retrouvées mortes. Au lieu de cette stratégie obsolète, il serait déjà utile de repérer les points faibles et les failles et de rendre le supermarché étanche.

Ainsi, les souris ne peuvent pas y entrer ou s’y cacher. Des solutions simples, rapides à mettre en œuvre et écologiques peuvent être la laine d’acier, l’hygiène, l’étanchéité, les brosses de porte, le contrôle des marchandises ou le rangement. Une étude menée dans le Nebraska montre que 85% des problèmes de nuisibles peuvent déjà être résolus par le nettoyage et l’hygiène. Toute personne ayant déjà trouvé une souris dans une cuisine pleine ou dans un grenier négligé peut l’imaginer.

Si le désinsectiseur prend l’environnement, la durabilité et son travail au sérieux, il conseille le supermarché de manière consciencieuse et étendue. Il lui montre qu’il ne peut atteindre ses objectifs de durabilité que s’il nettoie, calfeutre ou fait le ménage. De plus, il lui montre qu’il suffit de placer quelques pièges au lieu de nombreux appâts empoisonnés. Dès que le piège présente une infestation après ces mesures, par exemple par un contrôle visuel, par des capteurs de bip ou par une surveillance IoT, le problème doit ensuite être résolu. Il faut alors passer à des mesures de lutte : capturer les souris dans la région, éventuellement poser plus de pièges et travailler avec des mesures d’hygiène et d’étanchéité.

C’est exactement ce qu’a fait un gros client anonyme de l’industrie. Pour ses filiales, il a supprimé 96% de ses boxes et a changé les visites, passant d’un intervalle hebdomadaire à quatre à huit visites par an. Un développement très durable et écologiquement bon, par le fait que maintenant ses employés ou les pièges numériques ont indiqué l’infestation. Voici ce qui s’est passé : le taux de parasites au-delà de 100 jours a baissé de 55%. C’est cela la durabilité par définition : repenser complètement un processus ou un produit – sans toujours se focaliser sur l’argent -, être courageux et changer le monde un petit peu, comme le fondateur d’Apple Steve Jobs nous l’a déjà enseigné.

DURABILITÉ ÉCONOMIQUE

Écologie Durabilité et économie Les objectifs de durabilité ne vont pas toujours de pair ou ne fonctionnent pas main dans la main. Les patrons de nombreuses grandes entreprises ont un autre agenda 2030 pour le développement durable. Leur agenda 2030 pour le développement durable stipule qu’ils doivent atteindre leurs objectifs en matière de primes et de tantièmes. On peut bien sûr supposer qu’ils croient également au produit ou au service. Ils seront également conscients de leur pertinence par rapport au développement durable et aux objectifs de durabilité. Mais on se laisse volontiers aveugler et on croit à l’histoire de durabilité de l’entreprise, pour l’argent, sans se poser de questions. Le gouvernement fédéral n’a d’ailleurs pas la tâche plus facile, puisqu’il s’agit quasiment d’une grande entreprise démocratique. Pour le gouvernement fédéral, c’est tout aussi difficile, car les hommes et les femmes politiques qui le composent se battent pour conserver leur poste. Bien sûr, on s’est lancé à un moment donné parce qu’on voulait rendre le monde, son pays ou son entreprise plus vert, plus démocratique ou plus fort économiquement. Pourtant, nombreux sont ceux qui, au sein du gouvernement fédéral, perdent de vue l’essentiel à cause d’objectifs économiques ou pécuniaires (donc : l’argent). L’être humain a tendance à devenir confortable et à s’adapter.

Ici, chacun devrait se remettre en question et prendre une décision consciente pour lui-même. Est-ce que je fais mon métier uniquement pour l’argent ? Ou est-ce que je le fais parce que cela me comble et que je veux contribuer à la durabilité et à un avenir sûr pour mes enfants ou les enfants de mes enfants ?

DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR NOTRE PLANÈTE TERRE

Les patrons employés ou les propriétaires et associés devenus riches perdent souvent le lien avec l’entreprise. Ils se retirent, deviennent philanthropes, collectionneurs d’art ou autres. Rares sont les entrepreneurs qui n’accordent pas beaucoup d’importance aux biens et au statut. Cette façon de voir les choses peut être très inspirante. Car si l’on considère le capital comme une opportunité, on peut faire de grandes choses et soutenir le développement durable.

“Donnez du pouvoir à une personne et vous découvrirez sa vraie nature”. Aussi fous que soient les leaders comme Elon Musk, ils sont aussi fous de consacrer une grande partie de leur fortune à protéger et à optimiser l’avenir de l’humanité. C’est cela la durabilité : ne pas financer le prochain super yacht, mais se demander si l’argent peut être utilisé pour la durabilité de l’environnement et de la nature sur notre planète.

Les emplois et leurs systèmes d’incitation monétaire tels que les bonus et les incitations font que les PDG voient souvent d’abord l’argent et non les opportunités incroyables qu’ils pourraient avoir si la durabilité était plus importante pour eux. Souvent, dans ces contextes, il y a un développement durable dans la mauvaise direction, ainsi qu’un déséquilibre entre un grand talent et une fausse motivation. Non pas que nous soyons autorisés à juger de ce qui est bien ou mal. Cependant, comme cet article traite de la durabilité, il pourrait être correct de dire qu’il est plus “faux” que “juste” en termes de durabilité. N’hésitez pas à nous donner votre avis sur la durabilité dans les commentaires !

BOURSE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Heureusement, il y a de l’espoir en ce qui concerne la durabilité : pour 2023, l’UE a décidé que le nouveau règlement de l’UE sur la taxonomie orienterait par décret la durabilité pour les grands investisseurs vers l’ESG, la durabilité environnementale, sociale et de gouvernance. En français : les riches fonds de pension de ce monde ne peuvent plus choisir de manière totalement libre et indépendante où investir pour que leur argent puisse potentiellement fructifier. Non, ils doivent veiller à investir l’argent principalement dans des entreprises ESG ; c’est-à-dire des entreprises pour lesquelles la durabilité est importante et qui peuvent le prouver par des faits concrets.

Presque toutes les entreprises peuvent aujourd’hui obtenir rapidement la certification d’entreprise climatiquement neutre. Par exemple, en payant certaines compensations pour soutenir des projets de protection climatique ailleurs. C’est en principe une bonne chose, mais souvent difficile à comprendre. Néanmoins, les grandes entreprises paient autant de millions qui pourraient être investis ailleurs. Par exemple dans le reboisement ou la protection des océans. Ça a l’air super, non ? Oui ! Mais bien sûr, il ne faut pas que ces entreprises – en achetant ou en négociant des certificats de CO2 ou des cartes vertes – deviennent soudainement conformes aux normes ESG. La véritable durabilité signifie que ces entreprises doivent aussi disrupter leur propre activité. La durabilité, c’est se demander si ce que je fais est compatible avec le bien-être.

Un entrepreneur que nous ne pouvons pas nommer aujourd’hui (l’une des plus anciennes entreprises familiales du monde) a un jour présenté lors d’un congrès privé qu’il avait fait faire des recherches pour savoir combien de temps et si son entreprise serait encore pertinente dans 20 ans. Résultat : non, ce n’est pas le cas. Sa solution : tout conserver le plus longtemps possible sans faire de dégâts. En même temps, utiliser les moyens et les possibilités pour atteindre de nouveaux objectifs de durabilité grâce à la durabilité. Par exemple, créer une nouvelle entreprise ou acquérir des parts dans des start-ups ou des PME vertes et les soutenir avec des liquidités. Reconnaître que sa propre entreprise, c’est-à-dire la machine à cash de la famille, n’est plus durable et viable est un constat dur et très honnête. La plupart des gens aiment détourner le regard parce que, pour être honnête, c’est confortable. Mais le confort et l’approche consistant à tout faire comme avant n’ont jamais changé le monde.

DÉFINITION DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Est-il même nécessaire ou utile de “changer le monde” ? Les spoilers : Oui. L’industrialisation a apporté des choses positives à beaucoup d’entre nous. Par exemple, la chaleur, la prospérité, les systèmes de santé et la sécurité . Nous, les humains, avons su nous adapter et évoluer, ainsi que notre environnement et nos conditions de vie. Ainsi, une grande partie de la population profite aujourd’hui des avantages qu’a apportés l’industrialisation. Nous pouvons en être fiers. Mais : les attitudes “ça a toujours été comme ça” et “on ne va pas changer ça” n’y ont pas contribué. C’était les “fous”. Ceux qui pensaient avoir inventé une ampoule, une automobile, un produit pharmaceutique, un vaccin, un produit chimique ou des machines et de la technologie.

La durabilité, c’est penser follement et se remettre en question, détaché des motivations et surtout de l’argent et de la sécurité. Le développement durable, c’est oser, oser penser autrement. Comme Steve Jobs l’a dit à l’époque : “Seuls ceux qui sont assez fous pour croire qu’ils peuvent changer le monde sont ceux qui finissent par le changer”.

Notre thèse est la suivante : nous devons changer le monde. Avec Futura, nous allons transformer le secteur de la lutte antiparasitaire et donc une industrie de 30 milliards. De l’utilisation de 99% de produits chimiques à l’utilisation de 99% d’Internet des objets, SAAS et DATA pre-cognition, combinés à des méthodes de prévention des nuisibles IPM judicieuses. Pourquoi ? Parce que nous pouvons le faire et contribuer ainsi à la durabilité de notre planète en réduisant massivement les poisons dans l’environnement (qui, selon des études, ne touchent que 20% des nuisibles en extérieur et 80% des animaux non ciblés comme les oiseaux et les renards – pour en savoir plus, consultez notre article de blog “Des rodenticides contre les rats et les souris”). Parce que nous pouvons réduire durablement le bilan CO2 de notre secteur, puisque les solutions proposées permettent d’éviter les trajets quotidiens en voiture de client à client. Parce que nous apportons des appareils et des solutions IoT qui effectuent des contrôles automatiquement. Nous pourrons ainsi piloter le développement durable de la lutte antiparasitaire et rendre le monde meilleur, ne serait-ce qu’un peu, mais un peu tangible et pertinent pour nous.

Tout le monde a affaire à des nuisibles. Par exemple, des millions de tonnes de nourriture inutilisée sont détruites chaque année par des parasites et doivent être éliminées. Nous contrôlons les nuisibles de manière efficace et judicieuse grâce à des solutions technologiques et gérons ainsi la santé humaine et la protection des denrées alimentaires. Néanmoins, nous veillons à ce que ces animaux soient traités avec respect.